FONDATION PRINCE PIERRE DE MONACO - CONFÉRENCE VINCIANE DESPRET

Home
> AGENDA > FONDATION PRINCE PIERRE DE MONACO - CONFÉRENCE VINCIANE DESPRET
Conférence

FONDATION PRINCE PIERRE DE MONACO - CONFÉRENCE VINCIANE DESPRET

7 juin 2022 18:30

Photo © Sylvère Petit

Écrire avec les animaux

Philosophe et psychologue, elle enseigne à l’université de Liège. Après avoir découvert le travail des éthologues, elle oriente ses recherches vers la philosophie des sciences. Elle ne cesse d’interroger notre rapport aux animaux à travers ses livres : Quand le loup habitera avec l’agneau ; Penser comme un rat ; Que diraient les animaux si on leur posait les bonnes questions ; Habiter en oiseau ; ainsi qu’un récit pour enfants, Le Chez-Soi des animaux. Son dernier ouvrage Autobiographie d’un poulpe est un récit d’anticipation nous plongeant au cœur des débats scientifiques d’un futur indéterminé. Quelque part entre faits scientifiques et affabulations poétiques se dessine un horizon troublant : et si les araignées, les wombats et les poulpes nous adressaient des messages codés sous des formes littéraires ?

Le philosophe William James insistait sur le fait que les choses terrestres non seulement « ont des vies personnelles » mais qu’elles racontent de véritables récits qui constituent la trame de l’univers. Depuis lors, quelques philosophes et quelques historiens se sont attachés à prendre acte de la possibilité, notamment pour les animaux, d’activement « signifier », par le biais de traces et de marques, sur un mode que Michel Serres associera au régime de l’écriture. Les humains ne seraient donc pas les seuls à raconter des histoires, voire à participer à l’écriture de l’Histoire. Si cette idée a été particulièrement bien mise à l’épreuve dans la science-fiction (par exemple dans les récits d’Ursula Le Guin), elle semble aujourd’hui prendre consistance dans certains travaux scientifiques et ouvrirait la voie à la possibilité d’écrire avec les vivants, dans des histoires intriquées. Des récits « arachnéens » qui donneraient une autre signification à la proposition que faisait Jakob von Uexküll dans Mondes animaux et monde humain « Tout sujet tisse des relations comme autant de fils d’araignée avec certaines caractéristiques des choses, et les entrelace pour faire un réseau qui porte son existence ».

Mardi 7 juin 2022 - 18h30

Entrée libre dans la limite des places disponibles - réservation conseillée : cliquer ici